Zara, Mango & co. le désamour des marques

Avez-vous déjà ressenti une extrême lassitude pour une enseigne dont vous étiez auparavant amatrice et consommatrice régulière ?

Et je ne parle pas précisément de la maturité qui vous a fait doucement dériver de marques ciblées « djeunz » vers d’autres qui collent davantage à votre style de femme.

Je vous parle de grandes chaînes de mode, qui parlent à toutes les générations. Celles vers lesquelles on se tourne sans réfléchir tellement elles nous semblent évidentes et incontournables.

Moi, par exemple, Mango, Zara et H&M me gonflent.

Et pour tellement, tellement de raisons !

Étude de cas.

_H&M_las_vegas_caesar's_palace_brand_shop

Trop de c’est trop

Avant : Il faut dire que je l’ai un peu cherché. En habitant en plein centre de Barcelone, à deux minutes à pied des grandes artères commerçantes, je suis un peu dans le coeur de la meule. Dans un rayon d’environ 1 kilomètre autour de chez moi, sont ouvertes pas moins de 8 boutiques Zara, 12 Mango et 4 H&M. Au début, j’étais donc complètement « YAAAY, le rêve !! Gaaahhhh !! » (mort lente mais heureuse par profusion de bave).

Maintenant : Désormais, dès qu’une nouvelle boutique ouvre, PAF, c’est un Mango. Ou un Zara ou un autre truc vu 10 000 fois avant et qu’on peut déjà trouver à 500 mètres. WHAT FOR les mecs ? Alors certes, je me trouve en territoire espagnol et touristique de surcroit, mais je pense que y’a déjà largement de quoi couvrir la demande, alors on se détend et on arrête de se croire dans une partie de Monopoly.

Zara plan

Petite map des boutiques Zara à Barcelone, haheum…

À l’aise chez Zara comme au rayon Boucherie du Supermarché

Avant : Ce sentiment euphorique lorsque vous pénétrez dans un immense magasin sur 4 étages, surtout lorsque dans votre ville d’origine on ne trouve que 15 boutiques de fringues vieillottes qui se battent en duel. C’est grand, design, moderne, épuré et il y a même des escalators (un peu le summum de la coolitude pour moi lorsque j’avais 17 ans), que demander de plus ?

Maintenant : Grand, design, épuré blablabla, le même concept copié/collé dans toutes les boutiques me tape doucement sur le système. Et pire, je ne m’y sens plus à l’aise du tout. Lorsque je rentre chez Zara, j’ai juste envie d’en sortir au bout de 2 minutes tellement l’ambiance « sans âme » m’angoisse. Je garde le souvenir ému d’une microscopique boutique Mango, la seule de ma ville (en France), dans laquelle je trouvais tous mes trésors lorsque j’étais encore étudiante. Je réalise vraiment qu’à mes yeux, l’ambiance d’une enseigne peut totalement influencer la manière dont je vais percevoir ses produits. Autre exemple, je suis LOVE des magasins fun, originaux et bohèmes du Groupe Urban Outfitters (dont font également partie Anthropologie, Free People…). Braif, originalitay por favor !

ZaraL’angoisse chez Zara (crédit photo : Washington Post)

Le décalage

Avant : Abondance = bonheur, je papillonne d’un Zara à un Mango à autre Zara et à un autre Mango…et j’assaisonne tout ça de H&M, Massimo Dutti, Oysho, Corte Inglés etc.

Maintenant : Je ne crache pas dans la soupe, certains de mes achats dans ces grandes chaînes restent parmi mes fringues et/ou accessoires préférés. J’ai en tête une paire de bottines en cuir clouté de chez Zara, 3 ans d’âge, 49€ (!!), et que je porte un million de fois en automne/hiver. Mon problème est simplement que je n’arrive plus à m’identifier aussi facilement aux nouvelles collections. Parfois je râle parce que les compositions sont nazes, le « made in Bangladesh » me navre et d’autres fois parce que rien ne colle à mes goûts ou mes besoins. Au final, je prends même plus la peine de m’attarder sur ces marques. Suis-je la reloue de l’histoire ? Peut-être bien !

UO_LA_los_angeles_urban_outfittersUrban Outfitters @ Miami

Mieux consommer les marques ?

Je lis énormément de blogs qui prônent la consommation moins excessive, qualitative et donc plus raisonnée. Personnellement, je m’identifie à ce raisonnement, mais je me sens tout d’abord concernée en tant que personne blasée par son environnement et qui en a marre de voir les mêmes fringues dans les mêmes boutiques en 20000 exemplaires sur son palier.

Je pense aussi qu’avec l’âge (j’ai l’impression d’avoir 103 ans), je suis loin d’être devenue une consommatrice exemplaire mais j’ai déjà eu la chance de m’offrir en contrepartie plusieurs de mes pièces de rêves. Elles sont de très bonne facture et j’espère pouvoir les garder trèèès longtemps. ♥

Et la prochaine étape ? Tout vous montrer évidemment !

Et vous ? (Toujours) fans de nos potes espagnols ou vous avez réussi à trouver votre bonheur ailleurs ?

Zoubis !

Rendez-vous sur Hellocoton !

You may also like

21 comments

  1. bon je ne vais pas en magasin je me ballade sur le net un peu partout mais il est de plus en plus rare que j’aille chez eux à moins qu’une pièce me plaise et qu’elle ne soit pas hors de prix pour moi^^
    biz
    aurore

    1. Oui j’ai tendance aussi à faire ça, si je vois quelque chose de vraiment chouette ET raisonnable, je peux me laisser tenter et aller jeter un oeil en boutique !

  2. Moi je fais de moins en moins de shopping alors j’essaye de me diriger vers d’autres enseignes. Ce qui me repousse le plus est surtout le prix, mettre 80€ dans un top Zara est inconcevable pour moi

    1. Ah oui mais j’ai même pas parlé des jolies marges qu’ils se font à l’étranger en plus! Déjà ici c’est pas hyper cher mais pas donné non plus, alors en France ou ailleurs… 80€ c’est la bonne blague! moi vivante, jamais!

    1. Je connais la ville même si je n’y ai pas mis les pieds depuis des années, je vois à peu près de quelles boutiques tu parles 🙂 Merci pour ton commentaire!

  3. J habite dans un département où il n y a pas ces trois enseignes. .du coup quand je me balade et que j en trouve une je suis ravie. ..
    mais je comprends ce que tu dois ressentir.
    Biz

    1. Je pense que je réagirais comme toi si j’étais dans la même situation! Y’a pas de mal d’apprécier du moment qu’on ne frôle pas l’overdose 🙂
      Bisous

  4. 8 boutiques Zara, 12 Mango et 4 H&M ???? Sérieux ? C’est dingue !
    J’avoue que je ne comprends pas trop ! Normal que tu sois blasée par ces enseignes !!!

    Perso je vais de moins en moins en boutique…..

    Bisous 😉

  5. Je ne sais pas j’en ai PAS chez moi 😛

    Mais, je comprends le côté « marre de l’usine », et j’aime aussi beaucoup les petits shops originaux décorés et agencés avec amour (mon côté visuel, peut-être) ; je me retrouve aussi dans la tendance low shopping, en théorie du moins (copine « je parle comme une centenaire » bonjour !).

    Bref, c’est vrai que ce serait sympa que les « grandes » marques arrêtent l’effet production de masse pour revenir à ce qui fait tout l’intérêt du shopping ou de la sortie shopping : fouiller, tomber sur quelques pièces limitées, pour ne pas avoir l’impression d’être toutes pareilles et sortir d’un clip de Daft Punk (holà, j’aime bien Daft Punk hein, spa le problème :P).

    1. Oh mais je ne connais trop bien que l’effet « y’a rien à la maison/mais tout (trop) à l’étranger » 😉

      Je suis 100% d’accord avec toi, c’est juste lassant d’avoir l’impression d’être traitées comme des chèvres à qui on peut refiler du copier-coller de qualité médiocre. Surtout qu’il parait que les grands patrons de ces firmes (je pense en particulier à Zara) sont des vrais pirates qui écrasent tout sur leur passage y compris les fournisseurs… bref… moi aussi j’aime bien Daft Punk ! ahah

  6. Je me reconnais totalement dans ton texte ! En ce moment, je ne sais pas pourquoi mais je ne suis pas attirée du tout par les grandes enseignes… D’ailleurs avec tout mon bazar, cette « pause » shopping ne fait pas de mal je pense ! (Enfin, joker pour les chaussures et les sacs !) 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *